Ophtalvision

Questions fréquentes

C’est lors d’un examen préopératoire que l’on peut déterminer si vous pouvez être opéré de chirurgie réfractive. Cet examen complet peut durer de 1h30 à 2h00. Plusieurs mesures spécifiques vont être effectué ce jour-là :

  • La topographie de la cornée. Elle permet de visualiser les différentes courbures cornéennes, mettant ainsi en évidence les petites déformations ou irrégularités de la face antérieure et postérieure de la cornée. Elle mesure également l’épaisseur cornéenne (pachymétrie).
  • La pupillométrie correspond à la mesure du diamètre de la pupille.
  • L’examen de vue . On mesure également la puissance des lunettes actuelles afin de juger de la stabilité du défaut visuel.
  • La dilatation des pupilles avec l’examen de la rétine (fond d’œil).
  • A l’issu des mesures, un entretien avec l’ophtalmologue vous permet de connaître la solution chirurgicale la plus appropriée à votre cas.
  • En raison de la dilatation, il est déconseillé de conduire après l’examen.

Il faut être âgé de plus de 20 ans et avoir une vision stabilisée depuis 2 ans, c'est à dire pas plus qu'une dioptrie au cours des 2 dernières années. En cas de doute, vous pouvez apporter vos anciennes prescriptions de lunettes.

Oui, tous les défauts visuels (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie) peuvent être traité au laser. C’est lors de l’examen préopératoire que l’on peut déterminer précisément si vous êtes un candidat à la chirurgie réfractive.

Si toutes les conditions sont remplies lors de l’examen préopératoire et que la vision est stabilisée depuis 2 ans, le défaut visuel ne doit pas revenir.

Oui, l’astigmatisme peut être traité en même temps qu’un autre défaut visuel (myopie ou hypermétropie).

La presbytie est un défaut lié à l’évolution naturelle de la vue avec l’âge. Elle est causée entre autres par la perte d’élasticité du cristallin. Cela se traduit par une baisse de la capacité à faire la mise au point pour voir de prés (accommodation).

On ne peut pas opérer aujourd’hui la cause de la presbytie, cependant des solutions existent comme le Laser Blended Vision pour permettre aux presbytes de voir net à toutes distances sans lunettes. Le principe est de corriger un œil pour la vision de loin (œil dominant, avec lequel on vise) et de corriger l’autre pour la vision intermédiaire et de près. La profondeur de champs (vision intermédiaire) est également améliorée par une ablation asphérique non linéaire.

Oui, avec le traitement Femtolasik les 2 yeux sont traités le même jour.

L’opération dure environ 20 minutes. Il faut prévoir environ 1h30 de présence au centre (pour la  préparation avant l’opération, l’opération et le contrôle après l’opération).

C’est une anesthésie locale. L’instillation de gouttes permet d’anesthésier la cornée.

L’opération Femtolasik s’effectue sous anesthésie locale, donc indolore. Il arrive parfois de ressentir une gêne pendant 2-3h après l’opération, comme une sensation de poussière dans l’œil.

En général, un arrêt de travail de 1 jour est délivré pour une opération Femtolasik.

Les heures après l’opération, la vision est déjà assez bonne sans lunettes mais pas complètement optimale. C’est le lendemain que la vision sera nette. Au début, il peut y avoir des fluctuations visuelles liées à la sécheresse oculaire.

 

Il est préférable pour votre confort de vous faire accompagner. Vous ne devez pas conduire en sortant de l’opération.

 

Avant de reprendre le volant en toute sécurité, il faut en général attendre une journée après une chirurgie Femtolasik. La vision peut toutefois fluctuer en raison de la sécheresse oculaire. Même si un certificat d’autorisation de conduire est délivré il est raisonnable d’attendre une stabilisation de sa vision.

 

Oui, l’eau et le savon ne mettent pas directement en danger l’opération. Si un liquide arrive dans les yeux, il est essentiel de ne pas paniquer ni frotter ses yeux. Tamponner à l’aide d’un linge et instiller une goutte antibiotique ou de larme artificielle. Si la vision demeure floue ou qu’une douleur est ressentie prendre contact avec son ophtalmologue.

L’opération est en principe stable à moyen et à long terme. Des fluctuations liées à la sécheresse oculaire sont observées les premières semaines à mois. La cicatrisation durant la 1 ère année peut faire réapparaître un peu de correction (jusqu’à 1 dioptrie). Une retouche est envisageable dans la plupart des situations. Si le traitement est effectué dans les règles de l’art sans toucher à des corrections trop importantes ou sur des cornées trop fines, l’expérience montre des résultats stables. En 2015 le Lasik a fêté sont 25ème anniversaire et le laser Excimer a plus de 30 ans.

En principe oui. Votre ophtalmologue doit vous le signaler si tel n’est pas le cas. En fonction de l’épaisseur résiduelle et des courbures de la cornée il est préférable de disposer d’un peu de réserve pour une retouche. Lors du laser pour la presbytie la différence entre les 2 yeux (bascule ou monovison) peut être réduite mais nécessitera de reporter une lunette pour la vision de près.

Toute opération représente un risque. Ce genre de complication est exceptionnelle et représente quelque cas sur des millions de patients opérés dans le monde. En traversant la route, en conduisant ou en roulant à vélo le risque d’un accident est bien plus élevé.

Un faible pourcentage de grossesse augmente la longueur de l’œil et provoque une myopisation transitoire ou définitive de l’ordre de 1 dioptrie. Pour une patiente avec une faible correction ce retour de myopie peut être gênant. Les phénomènes de cicatrisation sont souvent plus marqué et il est préférable de ne pas tomber enceinte dans les 3 mois suivant une chirurgie réfractive. En cas d’allaitement un délai de 6 mois est demandé avant d'opérer (pour s’assurer de la stabilité de la correction).

­