Les risques

Modification de la qualité visuelle

Après une chirurgie réfractive, les patients remarquent parfois, surtout en vision nocturne, des phénomènes de halos, double contours, éblouissements, diminution des contrastes… Ces phénomènes de modification de la qualité visuelle sont plus fréquement observés lors de pupilles larges, de fortes corrections et d’utilisation de petites zones optiques sans zone de transition (ancien laser). Souvent le patient s’habitue à cette nouvelle vision. Certaines professions sont plus à risques comme les chauffeurs par exemple.

Des fluctuations de la vision sont souvent perceptibles les premiers jours à semaines après l’intervention, en relation avec une sécheresse oculaire. Les petits nerfs sensitifs, responsables de l’information sur la sécheresse oculaire à la surface de l’œil, ont été coupé lors de la création du flap. Ceux-ci se régénèrent en quelques semaines, mais la bloucle réflexe de production des larmes  fonctionne au début un peu moins bien. D’autre part, la qualité des larmes en particulier la composition lipidique est moins bonne puisque les patients ne peuvent pas se frotter les yeux les premières semaines suivant l'opération. Ce geste est responsable de l’expulsion de lipides dans les larmes.

Au bout de quelques semaines, les patients pourront se frotter à nouveau les yeux et la qualité visuelle deviendra meilleure. En attendant des larmes artificielles sont prescrites.